radp
logo_ministere
 

top barre

 

Le Musée est ouvert tous les jours

8h-12h et 13h30-16h30

Plein tarif : 200 dinars.
Demi-tarif : 100 dinars.
Réduction de 30% (lors d'achat groupé de 10 tickets et plus).
Entrée gratuite : pour les moins de 16 ans, les personnes âgées de plus de 65 ans, les appelés du service national, les personnes handicapés et leurs accompagnateur, les demandeurs d'emploi et minima sociaux.

 

BOUTIQUE

Cadeaux en ligne

Chopes

Cartes postales

Dépliants

Cadres

LIVRES

- Trésors du musée de Cherchell

- Livrets F et A


JubaII

 

 

 
 
 

inscriptions

 

 

 

Juba II (en berbère : Yuba win sin ou Yuva wis sin) est un roi berbère qui a régné sur le royaume de Maurétanie.

Né vers 52 av. J.-C. à Hippone (partie occidentale de la Berbérie, actuelle Annaba) et mort vers 23 ap. J.-C., Juba II est le fils de Juba Ier. Il est élevé à Rome dans une captivité dorée par Octavie, la sœur du futur empereur Auguste. Il règne sur la Maurétanie à partir de 25 av. J.-C. environ sous la tutelle romaine dans sa capitale Césarée de Maurétanie (actuelle Cherchell).

 

juba I

Juba I, roi berère.


Après la défaite de Juba Ier, César fait une entrée triomphale à Zama. Pour Mahfoud Kaddache, Juba Ier a résisté aux pressions romaines et voulu profiter de la guerre civile qui opposait Pompéiens et Césariens pour sauvegarder son indépendance. César viendra difficilement à bout de Juba I, les Berbères ayant toujours été de grands guerriers. Victorieux, César décide du partage de l'Afrique et du sort de la famille royale. Juba II, alors âgé de cinq ans à peine, est envoyé en otage à Rome où il assiste, par la suite, au triomphe de César Arsinoé, sœur de Cléopâtre d'Égypte.
Elevé dans une captivité dorée par Octavie, la sœur d'Octave, le futur empereur Auguste, Juba s'attire l'amitié de son protecteur qui lui offre une éducation qui lui permet de s'élever au rang des autres princes.

 

JUBA II, ROI DE MAURETANIE

Octave accorde à Juba II le droit de cité romaine et celui-ci prend alors les noms et prénoms de son protecteur : Gaius Iulius et les transmettra plus tard à ses affranchis, mais après avoir reçu le titre de roi il reprendra son nom berbère. Bon soldat, il participe probablement à la campagne d'Orient de -31 à -29 contre Cléopâtre et Marc Antoine, et sûrement à celle d'Espagne de -26 à -25 où il prouve à Octave sa fidélité et son adresse. En récompense, Octave le fait roi de Maurétanie, un royaume qui comprend une partie des États de Bocchus et Bogud en plus de ce qu'il restait du royaume de son père. Ainsi donc, la Maurétanie de Juba II comprend les terres du Maroc et de l'Algérie actuels - cette dernière étant amputée de sa partie la plus orientale- et va de l’atlantique au fleuve constantinois Ampsaga (Oued el kebir), à l'est en plus des régions de Sétif au sud et d'une partie des territoires des Gétules du sud-est algérien et tunisien. La région cirtéenne (les actuelles Constantine, Skikda, Collo et Mila) restera longtemps sous le statut sittien (de Sittius) très particulier (jusqu’à la fin de l’Antiquité) ; ainsi, après l’Africa vetus, cet accroissement donna l’Africa nova, devenue indispensable à la géante Rome, car bonne productrice de blé.

Quoique amputée de quelques territoires revenant aux colonies romaines, la Maurétanie est donc plus grande que le territoire de Massinissa dans ses grands jours. Néanmoins, le rétablissement de ce vaste royaume à un Aguellid ne constitue pas pour autant un recul dans la politique coloniale romaine. Auguste abandonne moins à Juba II la propriété que l'usufruit de son royaume, disposant des territoires, les divisant, les morcelant à sa guise, le roi numide ne voulant pas risquer une résistance, la sachant vouée à l’échec comme le fut la résistance de son père face à Rome.

 

 

amphi

Juba II

 


Dépendant de Rome pour la politique extérieure, mais presque libre en ce qui concerne la politique intérieure, le jeune Juba II a été intronisé avec le titre de Rex Mauretaniae. En 19 av. J.-C., il épouse Cléopâtre Séléné (la gréco-égyptienne), fille de la reine d'Égypte Cléopâtre VII et de Marc Antoine, qui avait été élevée avec son frère jumeau Alexandre Hélios par la sœur d'Octave. Cléopâtre Séléné est couronnée à son tour en raison de son ascendance maternelle mais bien qu’officiellement associée au pouvoir, elle ne jouit pas d’un partage territorial d'autorité. Juba II n’eut qu’un seul fils, Ptolémée, et une fille, nommée Drusilla. 

 

amphi

Le forum à Cherchell


TROP SAGE POUR SE REBELLER CONTRE LE PUISSANT EMPIRE...

Se sachant incapable de vaincre Rome militairement, Juba II s'attela à une résistance culturelle et économique en développant son pays et en renforçant sa propre culture ancestrale.

Ayant assimilé la culture gréco romaine, il s’intéresse alors à ses origines dont l’exil romain l’avait éloigné, ainsi qu’à l'étude du libyque et du punique, langues de ses ancêtres. Cela arrangeait Rome. Car l'annexion de la Maurétanie aurait été ruineuse et incertaine pour un empire qui guerroyait déjà aux quatre coins du Moyen-Orient et de l’Europe contre des peuples insoumis. Avec Juba II à la tête de ces vastes territoires où se sont enracinés de nombreuses colonies romaines indépendantes du roi, Octave pouvait compter sur une administration des indigènes à un chef autochtone pour le moins fidèle, du moins assez sage pour ne pas se rebeller. Juba II s’occupe alors de son peuple et ne trahit pas Rome, qui continuera à recevoir les surplus maurétaniens de grains et de biens. Son règne se caractérise par un sens de l’équité et de la démocratie qui lui valurent le respect de son peuple. Quant aux Grecs, ils lui érigèrent une statue auprès de la bibliothèque du gymnase de Ptolémée à Pausanias.
Lui succède Ptolémée de Maurétanie, son fils unique qui poursuit en partie la politique de Juba II mais sans les vertus du père.

 

mosquee

La mosquée de Cherchell : unique en son genre, par son architecture antique, elle aurait été batie en 1574, sur les vestiges d'un ancien temple romain. Transformée en hopital civil et militaire pendant la période colonniale francaise, elle retrouva sa vocation de mosquée dès l'indépendance du pays en 1962.

 

 

... JUBA II SE CONSACRE A SON PEUPLE ET A SON ŒUVRE

Outre l'administration de son royaume, Juba II consacre son temps à l'étude et bientôt, il acquiert une grande réputation dans les sciences et dans les lettres. Parmi ses réalisations, il y a de nombreux édifices publics, des places ou forums, des théâtres, des thermes, des temples, des jardins publics… Beaucoup de vestiges attestent de la grandeur de ce roi intellectuel doué une grande puissance de travail et d'assimilation, comme en témoigne aussi son goût et sa connaissance des belles œuvres en matière de sculpture, d’architecture… On lui reconnait la publication d’une douzaine d’ouvrages qui n’ont malheureusement pas été conservés par le temps bien qu'elle ait été utilisée comme source de documentation pour plusieurs écrivains grecs et latins. Parmi ses ouvrages, citons le traité sur son pays natal intitulé Libuca, en trois volumes et traitant de géographie, histoire naturelle, mythologie, croyances de toutes sortes… Juba II est connu des Grecs et des Romains en tant que savant, artiste, homme de lettres, auteur de plusieurs traités sur les lettres, la peinture, le théâtre, l’histoire, la géographie et la médecine. Il est à l’origine de la découverte de l’euphorbe (à laquelle il a donné ce nom, qui était celui de son médecin personnel) et son traité sur cette plante inspirera, plus tard, plusieurs médecins grecs. Le nom scientifique du cocotier du Chili, Jubaea chilensis, lui rend hommage.

 

tombeau

Tombeau royal de Maurétanie, dit de Cléopâtre Séléné, épouse de Juba II.

 

L'AGUELLID INTELLECTUEL QUI A EDUQUE SON PEUPLE

Juba II a aussi écrit sur les les Assyriens, sur l'Arabie l'histoire romaine… Mais sa meilleure œuvre est le Quatrième livre d'histoire "Massinissa le berbère" écrit en l'an 15 de son règne. Cet ouvrage, qui témoigne de son attachement à l’histoire et à la grandeur de son peuple, est un vibrant hommage à son ancêtre Massinissa dont les grecs on fait une plus grande stèle que celle d’Apollon à l'intérieur du temple de ce dernier car ils le considèrent comme le seul dieu qui a osé naître, vivre et mourir.
Les manuscrits de cet Aguellid sont autant de références pour plusieurs historiens romains, tels que Tite-LiveAlexandre de MiletDiodore de Sicile. Pline l'Ancien le cite dans ses livres et dit de lui « qu’il était encore plus connu pour son savoir que pour son règne ».
Juba II a joué un rôle dans les échanges culturels et artistiques « avec un discernement issu de son héritage culturel métissé et, sans aucun doute, de la conscience d'un philosophe de son temps ». (morel deledalle archeologia 522 p. 45).
Désireux de développer son royaume et d’élever son peuple, Juba II a expédié de nombreux copistes dans les capitales du monde civilisé pour lui rapporter les découvertes des penseurs de l'époque. S’intéressant aussi à l’Egypte, pays de sa femme, il organisa des expéditions chargées de découvrir les sources du Nil et d'étudier l'archipel des Canaries.

 

tombeau

Tombeau royal de Maurétanie, dit de Cléopâtre Séléné, épouse de Juba II.

 

Grace à Juba II, Caesarea connaitra sera propulsée parmi les grandes cités de la méditerranée. En effet l’avènement de Juba II non seulement réussit à faire de Caesarea une ville vitrine qui devait séduire les tribus autochtones mais aussi rivaliser avec les autres grandes cités.

Tout au long de son règne, qui dura une cinquantaine d’années, Juba II a su impulser à la ville une grande dynamique architecturale, artistique, culturelle et économique. Si durant l'antiquité, Cherchell a occupé une place importante dans l'histoire de l'Afrique du nord en tant que capitale de la Maurétanie, c'est surout sous Juba II qu'elle a rayonné sur tous les plans, notamment artistique et culturel, puisqu'on lui doit, entre autres, le mausolée royal de Maurétanie, que beaucoup d'historiens attribuent à la période où ce roi-écrivain était au pouvoir.

 

 

TOMBEAU


Pièce de monnaie à l'effigie de Juba II.

 

CINQ DECENNIES DE REGNE PACIFIQUE

L'historien Philipe Leveau écrit : «  Juba II aurait reçu la mission de gagner ses nouveaux sujets à la culture romaine et mettre tous les moyens matériels nécessaires à son accomplissement, c'est-à-dire la possibilité d’utiliser les ressources de son nouveau royaume et les techniciens indispensables capables de mettre immédiatement en application les schémas constructifs et décoratifs élaborés pour le classicisme Augustéen ». Le fait que toutes les sculptures de Juba II, au Louvre, au Vatican, à Cologne et ailleurs sont référéncées sous le nom de Ptolémee et non pas de Juba II atteste d'un parti pris occidental pour une culture latine que Juba II maîtrisait mais sans pour autant sacrifier son nom ancestral de Juba ni la culture de son peuple. Cette velleité vise à cacher la descendance berbère de ce roi qui a su profiter de Rome tout en servant son peuple cinquante années durant.

Les historiens occidentaux ont aussi tendance à minorer ce roi et en faire un vassal de Rome, or si Juba II était certes pétri de culture gréco-romaine il n'a cependant pas oublié ni ignoré sa culture ancestrale. Il a réussi à élever son peuple par le travail et l'art tout en lui donnant une éducation qui l'émancipe. Outre l'édification d'édifices d'utilité publique il a encouragé l'agriculture et laissé de nombreuses réalisations dans les domaines culturel et urbanistique, comme il fit appel aux meilleurs sculpteurs de son royaume pour embellir sa ville, Caesarea, sans hésiter à ramener de la Grèce ou d’Italie du marbre de Carrare, du Pentélique, de Paphos et de Samos, ainsi que d'autres matières nécessaires à leur réalisation d'oeuvres artistiques.

 

 

TOMBEAU

Pièce de monnaie à l'effigie de Juba II.

 

Si durant l'antiquité, Cherchell a occupé une place importante dans l'histoire de l'Afrique du nord en tant que capitale de la Maurétanie, c'est surout sous Juba II qu'elle a rayonné sur tous les plans, notamment artistique et culturel, puisqu'on lui doit, entre autres, le mausolée royal de Maurétanie, que beaucoup d'historiens attribuent à la période où ce roi-écrivain était au pouvoir.

 

JUBA II

Juba II (Référencé sous le nom de Ptolémée), Louvre, MA 1887, P-8. Cl. Florian Kleinefenn, Paris.

 

JUBAII

Juba II (Référencé sous le nom de Ptolémée), Louvre MA 1888 P6I, Cl. Id.

 

juba II

 

Juba II (Référencé sous le nom de Ptolémée), Vatican.

 

 

 

 

 

  • Museum friends - join now
  • activites-enfants

musee

Activités mosaïque

 

musee

 

musee

Activité Moulage

musee

Activité dessin

musee

Valise muséale

musee

Visite guidée

 
 
frag architrav

 

 

 

a

Accueil

Le musée

spacer Collections spacer Restauration spacer Evénements spacer Juba II spacer Historique spacer Activités pour enfants spacer Contact

© 2016 Musée Public National de Cherchell
Cherchell- wilaya de Tipaza

Tél: 213 (0) 24 33 31 84

Fax: 213 (0) 24 33 31 85

contact@musee-cherchell.dz

musee.cherchell@gmail.com

Webdesign:interneet1@gmail.com

 

Facebook

 

Gplus   Facebook